Les fervents militants de la lutte pour l’écologie vous le confirmeront : les véhicules contribuent en une forte proportion à la destruction de la couche d’ozone. Pourtant, il s’agit d’un confort dont on ne souhaite pas se soustraire. Sans doute est-ce la raison pour laquelle le covoiturage commence à gagner de plus en plus de terrain en France et ailleurs. Comment cela fonctionne et quels avantages pour l’environnement ? Nous vous invitons à découvrir les réponses à ces questions à travers les paragraphes suivants.

Comment le covoiturage répond à la problématique de sauvegarde de l’écologie ?

Nous l’avons tous appris à l’école, les voitures fonctionnent à l’aide de combustion des carburants. De ce phénomène résulte la production de gaz carbonique, un élément très nocif à l’écologie. Par une simple logique de déduction, plus il y a de voitures, plus la teneur en CO2 de l’air augmente.

En France, on a recensé un taux d’occupation de 1,7 passager par voiture. L’objectif du covoiturage est d’augmenter ce taux et de réduire le nombre de voitures qui circulent. Par la même occasion, on réduit les émissions de gaz carbonique et on contribue à la préservation de la qualité de l’air que nous respirons.

Le covoiturage, vers une économie d’énergie

Il est indéniable que le covoiturage permet d’amenuiser la consommation d’énergie dans la mesure où il réduit le nombre de voitures en déplacement. En effet, nous utiliserons moins de carburants et économiserons beaucoup d’énergie exploitable. Avec l’essor du covoiturage, on a pu économiser 1.300.000 mW/h au cours de l’année 2014. Désormais, nous comprenons pourquoi les institutions écologiques comme l’office de tourisme de Figeac encouragent la pratique du covoiturage.

Le covoiturage et le développement durable

On ne peut parler de développement durable sans prendre en compte l’écologie. En effet, à quelle durabilité pouvons-nous prétendre si le monde qui nous entoure s’éteint à petit feu. Plusieurs instances donnent l’exemple : nous pouvons maintenir notre petit confort en matière de transport, mais en faisant des concessions. Nul ne recommande l’abandon définitif de ce moyen de déplacement le plus prisé dans le monde entier. Seulement, il faut apprendre à partager l’espace de la voiture avec nos entourages. En plus, ce sera un excellent moyen de renforcer les liens sociaux !

Vu la gravité des changements climatiques actuels, nous devons agir et mettre de côté notre égoïsme. Sinon, nous aurons de sérieux compte à rendre à la génération future.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *