Certes, assurer son animal de compagnie est beaucoup plus avantageux qu’attendre un accident pour l’emmener chez le vétérinaire, mais avant de lui signer un contrat, il faut bien examiner les clauses d’exclusion pour ne pas être déçu. Souscrire une assurance juste après qu’un accident ait survenu à l’animal serait d’ailleurs trop tard, parce que tous les assureurs observent un délai de carence qui peut s’étendre jusqu’à plusieurs semaines. L’assurance ne courra alors qu’au terme de ce délai.

1er motif d’exclusion : l’âge

Si on prend l’exemple d’un félin, un chien ou un chat de moins de 3 mois d’âge est trop jeune pour bénéficier d’une couverture. En ce qui concerne la limite d’âge supérieure, les compagnies d’assurances animalières qui acceptent d’assurer un chien ou un chat dont l’âge dépasse les 7 ans sont rares. Ceux qui soutiennent que la meilleure assurance pour les animaux est celle qui accepte de couvrir un félin de plus de 7 ans d’âge doivent vraiment faire des recherches approfondies. Heureusement que le comparateur d’assurances animaux est accessible en ligne. L’outil est gratuit et sans engagement.

2ème motif d’exclusion : certaines maladies

Un animal de compagnie qui présente une malformation congénitale ne bénéficie d’aucun remboursement s’il est soigné à cause de cette maladie, quoiqu’il soit couvert pour les autres soins. Dans cette optique, les assureurs tiennent compte de la race de l’animal, surtout lorsqu’il s’agit d’un chien. Considérons le cas d’un labrador qui, on le sait, présente un certain degré de vulnérabilité à la dysplasie de la hanche. Il y a donc de fortes chances que cette maladie ne soit pas couverte par les compagnies d’assurances, seulement pour le labrador.

Autres conditions d’exclusion

Les conditions citées ci-après dépendent de la compagnie d’assurances. Il faut donc ouvrir l’œil et en faire des critères de choix de l’assureur de son compagnon à quatre pattes.

  • L’exclusion des frais de chirurgie

Bon nombre d’assureurs d’animaux ne prennent pas en charge les frais de chirurgie comme la chirurgie esthétique et les soins qui l’accompagnent, quelle que soit la raison de l’intervention, même s’il s’agit d’une défiguration causée par un accident. Il en est de même pour la pose d’une prothèse.

  • Le plafond de remboursement

Ce point particulier n’est pas un motif d’exclusion, mais plutôt un important critère de choix de l’assureur animalier. Il existe en effet plusieurs catégories d’assurance pour les animaux de compagnie. Le plafond de remboursement est différent pour chaque catégorie, et aussi pour chaque assureur. Il varie en général entre 1 000 et 2 000 euros par an. La franchise, elle, se situe entre 20 et 150 euros, mais il existe quand même des prises en charge totales, donc, à 0 franchise.

Il est à noter que la franchise, dans le cadre de l’assurance animalière, est la part de remboursement restante qui doit être payée par le propriétaire de l’animal. Cette part peut être à valeur fixe, mais elle peut aussi se présenter sous forme de pourcentage appliqué sur le coût des soins. Annuelle, elle est en général retenue dès la première prise en charge de l’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *